Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

Mon coffret à souvenirs (07/04/2016 )


Hommage à mon oncle
Frère Gérard Ménard!

cliquez pour agrandir




Hommage à mon papa
Gaston Ménard

un clic pour agrandir





 Combrand
27 juin 2015
******


 Merci
Encore très émue par cette journée

******

Merci à tous les organisateurs
à tous mes anciens élèves...
aux enseignants de l'école...
à tous les Combranais....
De belles et riches rencontres
à emporter sur nos chemins...
Un immense bravo pour le bulletin:"D'hier à aujourd'hui...les écoles de Combrand..."
Une journée inoubliable!




******************



****************************

Au creux des crépuscules
réponse à 


http://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.fr/2014/11/bouquet-de-motsaux-creux-des-crepuscules.html

 C'est au creux des crépuscules ...
qu'elles s'écrivent , ou qu 'elles sortent à la lumière
ces traces que la mémoire s'acharne à maintenir
ces veilles incertaines qui n'offrent du ciel qu'une vision tourmentée

La mémoire se fait bien trop vive alors, et ressurgissent des chemins oubliés
des visages inconnus à force d'avoir changé
des mots qui ont perdu leur sens
comme si je les avais rêvés

 J'ai tant cherché
 je me suis épuisé peut être
je me suis maltraité

C'est l'heure du Je, du Lui du Elle
les vérités se choquent et s'entrechoquent
Les yeux  sur le chemin ont perdu quelques écailles
et mon cœur sans doute ses paravents

Les aubes sont d' automne
et le cœur en brouillard

Comment saisir sans se brûler
l'ultime rayon
la dernière lueur

Ouvrons les mains 



Traînées de rêves

Partition créée par Jacques Guyader
à partir de mon poème

Ailes de lumière
Dans un  écrin de soie mauve
Un peintre est passé

Son long pinceau a glissé
Laissant des traînées de rêves

*******
Poème mis en musique par 
 Jacques Guyader

Pour télécharger la partition!

cliquer sur le lien ci-dessous


ou








 Le bonheur en quelques vers
 Rassembler mes mots
dans un grand panier d'osier
fleurissent les vers 

 Au soleil enflammé
s'enflamme ma flamme
demain il reviendra !

Quelques spirales
au gré du vent désertique
histoires de dunes








 ************************














Merci Laurence pour ce très beau tanka: Rêves de galets au souffle du vent...









Ema 
à propos de graffitis de nuit


Vie.
Que je me blesse à te rendre forte
Que je me dresse dans ta mémoire
Que je jette le vent dans le violon
Toutes mes forces tendues dans les cordes
Pour arriver de la mer
Jusqu’à toi, soulevant les voiles de la maison.
Que je dessine pour dire sur les murs
Toutes les failles, mes désillusions,
Tout ce que je tais de blanches, de noires,
Au milieu de mes nuits
Un seul jour en toutes saisons,
A coups de craie sur le tableau de minuit
Partout dans le temps ouvrant ses horizons,
Conjuguant la lampe de mes déceptions...

************
 Les élèves de l'école
 Mariboisé,
St-Jérôme, Québec, Canada

Illustrations pour le poème:



Mes cadeaux d'anniversaire



Juliette
  
 Françoise
  
Pat



 Aube


 Violaine
 
Entre les mots et les images, les traits de couleurs , Marie toi qui si douce sait nous émerveiller de tes mots, toi qui nous fait vivre tes voyages, la vie, les gens et qui en quelques mots trace sur l'écran tant de merveilles, en ce jour je voudrais te donner mille crayons de couleurs pour nous enchanter encore

Bon anniversaire chère Marie que ce jour soit bonheur, tendresse et amitié pour toi autant que tu sais en donner

 

Ema



Toutes les fleurs que je suis incapable de mettre sur ce post sont dans mon coeur, chère Marie, et te souhaitent un heureux anniversaire. Reçois ces mots, poétesse de la finesse et de la subtilité, en même temps que mon admiration pour ton écriture. Tu allies l'élégance du mot à la profondeur du tableau. Que tes talents continuent à t'apporter ce bel art de créer pour notre bonheur de les découvrir et pour ton bonheur de les ciseler.

Bisous d'anniversaire.

LORRAINE



Marie la Douce,
Marie aux multiples talents,
Marie, dont le regard nous ouvre un nouveau monde
Marie au coeur tendre,

Reçois en ce jour toute mon amitié,
Et mes mots pour te dire le bonheur de ta présence,

JOYEUX ANNIVERSAIRE !




Daniel

Toi, elfe des prairies, des fleurs, des papillons,
Toi qui sait déchiffrer langage du grillon,
Les yeux dans le ciel bleu, le cœur dans les nuages,
Toi qui nous montre ainsi le secret d’être sage

Toi dont les mots toujours sont des caresses douces
Toi dont le dévouement ne met jamais les pouces
Tu es fée du jardin, tu en es, oh mystère
Magicienne qui rend corolles plus prospères.

En ce jour il me faut te rendre ici hommage
Pour tes coms si gentils, pour tes charmants hommages
C’est le moins qu’un ami puisse penser à faire
Une fois tous les ans, pour ton anniversaire.

Le 6 aôut 2011



Chère Marie,

Ces jours derniers, je n'avais plus de connection internet,
c'est pourquoi je suis un peu en retard pour te souhaiter
de tout coeur un très
JOYEUX ANNIVERSAIRE!
Que cette année qui s'ouvre à toi t'offre beaucoup de joies!
Avec mes plus amicales pensées, je t'offre un petit bouquet
de haïkus accompagné de mes plus doux bisous.

L'île aux haïkus

Sur l'île aux haïkus
Virevoltent tes pensées
Une étoile en rit

Mouvante manga
Tu te sens pousser des ailes
Fantaisie de soie

La vie frémissante
Étonnante et indigo
Danse au ciel de nuit

Ronde volatile
Farandole des oiseaux
Où la joie t'invite

Oublie tes soucis
La nuit guérit les chagrins
Et la lune aussi

Verte ondulation
Le vent caresse les palmes
Douceur tropicale

Rêves en couleurs
Pleurent sur l'île endormie
Larmes éperdues

Bettina -


Paul
Bon anniversaire Marie
chère Marie,
Brodeuse de mots et de couleurs
Petite Mouette égarée dans les terres
Chercheuse d' Espaces et d'Horizons
Cœur en quête de Paix et de Beauté
Les yeux vers la Lumière 
 
Vidéo créée par Lisette et Juliette
à partir de mon poème:



Merci à toutes les deux


Une aventure vibre
au profond du galet.
Musique de fontaine
où s'abreuve un poème.

Paul Bergèse


Lorraine



Tu nous donnes là, chère Marie, une danse en trois temps: la danse d'autrefois, la danse de la déchirure, la danse de la solitude. On gravite autour de la piste le cœur en bandoulière, car si irrésistiblement tu nous ramènes à tes vingt ans, tu ajoutes aussitôt: "On va faire semblant". Semblant d'aimer encore, semblant de vivre ces pas qui s'emmêlent, ces mains qui s'enlacent. Tu nous évoques un passé heureux sur un air de java, sur un air de salsa..
Et puis, ce soir on danse pour oublier ou se souvenir. "Plongeons aux gouffres de l'oubli", parce que le présent est trop douloureux, que l'espoir s'effrite, qu'une dernière danse peut-être ranimerait le feu qui s'éteint. L'image est belle: "Valser sur nos déchirures", valser pour espérer, ou pour "piétiner les cendres de nos blessures". Oui, l'intensité du poème s'intensifie encore, on suit l'ultime essai le cœur serré. "Allez, viens, comme autrefois, allez...souris-moi!..." mais déjà nous savons que c'est illusoire: il ne viendra pas.
Et nous revoici dans la réalité. C'est le dernier passage, celui de la résignation et de la souffrance. Il reste le souvenir et son amertume. La solitude dessine son ombre. Et les deux derniers vers résument le poème.
C'est remarquablement construit, dans un crescendo qui nous entraîne nous aussi dans les trois danses de la vie. Et la douceur de tes mots tout au long de ton texte émeut le lecteur du début à la fin du parcours.
Merci, chère Marie, d'avoir participé à ce bal dérisoire. Tu l'as fait avec tout ton talent.
Lorraine
Que ces ombres mauves ont de charme, chère Marie! Je les devine en ce paysage lunaire que ta plume évoque avec tant de finesse! Ton poème frémit comme l'onde de la fontaine et je n'ai aucune peine à entendre, moi aussi, la flûte des crapauds!

A te lire, j'éprouve le même sentiment qu' à la lecture du poème d'Aube: les poétesses de la Branche ont atteint un niveau d'écriture tel que l'on se prend à rêver, à écouter, que dis-je, à entendre ce qu'elles évoquent sans plus se préoccuper de la consigne. C'est un bienheureux moment pour moi qui puis me laisser aller à lire; aucune remarque ne me vient, simplement le plaisir d'un instant parfait "sous les ombres mauves du soir"!

Merci, Marie, pour ces mots d'où émane une grande douceur et une grande beauté.

LORRAINE


Des mots des images glanés ça et là...
Des PPS, des recueils...
(tant de messages, de mots et d'images à retrouver...la page ne sera jamais complète..)

Bienvenue

Dans

"Le Monde Des Agaves"




Le pays d'Isagave est un petit coin où les mystérieux agaves savent nous conter leurs histoires..
Ne manquez pas le détour:







 De Jocelyne (Sourire) 

Mon bateau de papier


Mon bateau de papier
Mon bateau a vogué
Jusqu'à l'ombre d'un palmier
Y a découvert un bateau de papier
Qui à ses pieds, s'était échoué

Plein de secrets
Et de regrets
Jonchaient sur le pont
Je les ai déposés dans mon baluchon

Une larme se faufila
Jusqu'à moi
Mon cœur en émoi
Jamais n'oublia...












De Paul M.


Le bal devient désert
Et l'orchestre du cœur
Continue malgré tout de se donner le rythme
De se donner le pas
Le cœur chante en solo
des envies des regrets
Et court la nostalgie
De rêves abîmés
Il est des chansons douces
qui reviennent au cœur
Qui tentent de revivre

Comme la chanson de Bourvil
l'espérance dans les rues désertes
les murs à reconstruire
La lumière à renaître
Ici là ou ailleurs
Arrêter de souffrir pour vivre
De noyer les jours
Dans le noir aujourd'hui
Restent des mains ouvertes
Courant sur le piano
Pour que la vie se tienne
Et tienne la mélodie
Croire
En la belle espérance
En l’aurore possible
En la douce envie de vivre




Son nom est folie


Sur la page froissée
sur la vitre tachée
sur le rideau chiffonné

des mots apeurés
des mots fatigués
des mots égarés

pour des jours trop noirs
pour des matins couleur de soir
pour des pas sans savoir

reste les roses à refleurir
reste les mains à tenir
reste les crayons pour écrire

la chanson qui se nomme Espoir






Brume de tous les horizons
celle qui naissent de chaque temps de vie
celle que tu cueilles et dont tu fais des rêves bonheur

cueillir la brume prendre en ses mains l'imprenable, l'évanescent
comme ces rêves dont on ne se souvient plus mais qui reviennent sans fin
mais il y a tant de futurs dans ce poème là , dans cette vie là ...
dans quel panier peut on mette la brume ?
Dans le cœur se laissent aller ces rêves 



j'aime les mots bonheur et espérance
qui naissent de cette fleur
abimée de pluie
abimée ou rafraîchie
dans ce joli haïku
merci Marie 



Laisser aller jusqu'au coeur les simples bonheurs offerts
ils portent la tendresse et l'amitié
ils ouvrent les portes de vivre"

la nature est matrice de la vie
et quand elle est chantée comme tu la chantes
qui saura jamais le partage entre le coeur et le ciel ?


De Patrick Rémy


Je l’ai aperçu cette cueilleuse de brume
s’est alors arrêté l’horloge du temps
le soleil levant perçant la brume
Par un beau matin de printemps
éclairait une vallée de dunes sauvages
elle se tenait là comme suspendue dans les airs
dans le ciel s’en allait au loin l’orage
et comme pour me plaire
d’un coup de baguette magique
elle fit apparaitre un champs de coquelicots
c’était on ne peut plus magnifique
et je n’avais plus de maux ….


De Sophie

Son nom est folie

 
D'Anna

C'était une voix


Une voix qui arrive avec le jour, une voix qui se lève avec le rideau de la fenêtre, une voix qui lève la douleur et l'attente, une voix par de là les distances....

Un vol de mots comme dans une seule voix chaque matin, sur le bord de ta fenêtre. 



Sous la trame fragile, les mots de "soie" ont laissé
l'empreinte de la tessiture de ta voix.

Quand des lambeaux font de nouveaux et grands morceaux, ourlant ainsi de beaux panneaux de vie.

Que cette renaissance d'un fil à l'envers d'un fil à l'endroit soit le plus joli et le plus fort de tes tissages.



Le blog de Laurence:
Rêves de galets au souffle du vent



Chaque matin
C´était une voix
C´était ta voix
Qui venait du profond de toi
Une voix de plume
Fragrancée d´une douce amitié
Veillant dans un clair de dunes
Elle m´emportait très haut
Toujours plus haut
Dans cette contrée magique
Aux mains unies et tendues
Dans cette contrée magnifique
Là où vivent et chantent les oiseaux
Dans cette contrée féerique
Là où voguent tous les bateaux
Sur une mer de sérénité
Dans un ciel de partage
Là, au cœur de la lune
D´une plage de galets
Et un Océan de coquelicots

C´était une voix
Qui venait de toi
Elle m´emportait très haut
Toujours plus haut
Et avec elle, j´oubliais tous mes maux









Les orchidées de Patrick Rémy


http://photomaniak.com/upload/out.php/i954386_Orchides.pps


Les papillons d'Amarante de Patrick Rémy 

 

http://photomaniak.com/upload/out.php/i1038483_LesPapillonsdAmarante..pps

 

 

Embruns des jours

 recueil de poèmes
Paul Mignen

Des mots qui courent en lisière océane
en lisière de cœur
en passages de vie

3 commentaires:

  1. Bonjour Marie

    J´ai délicatement ouvert ce matin "ton coffret à souvenirs" et ai découvert une bien belle malle aux trésors... ;-)

    Douces pensées

    Bien à toi

    baiser papillon

    laurence

    RépondreSupprimer
  2. Comme je l'ai dit cette page ne sera jamais complète, trop de souvenirs et de mots éparpillés ...
    Tous ces trésors d'amis si je ne peux les publier reste dans mon cœur!

    RépondreSupprimer
  3. " Puisses-tu garder au vent de ta branche tes amis essentiels "

    René Char

    RépondreSupprimer

Un immense MERCI pour tous les messages laissés...
Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours...
)

Obligée de mettre une vérification de mots...trop de spams...

Balises pour rédiger un commentaire