Merci

Un immense MERCI pour tous les messages laissés sous mes poèmes...

Ce sont autant de traces d'amitié qui scintillent au fil des jours..
.

mercredi 26 novembre 2014

Photos:...Canada...Deuxième jour à Québec...




Québec...deuxième jour sous la pluie
et visite du village Huron:.."ONHOÜA CHETEK8E"

***********************************


*************************************

Village Huron


Près de Québec, à Wendake, le village de Hurons Wendat,  vit surtout du tourisme
 et de l’artisanat, Onhoüa Chetek8e.
Contrairement au reste de la province, 
Wendake est administré par un Grand Chef et dispose de sa propre police.
En fait, les Hurons vivent autour de ce village-musée
dans de jolies maisons en dur, 
mais ils ont ici recréé un village traditionnel, témoin de leur histoire et de leurs coutumes.

********************************


 Le capteur de rêves



Le capteur de rêves est utilisé pour aider à contrôler les rêves, 
dans la mesure où l'on peut contrôler ses pensées, sa vie.
 À l'origine, il était destiné aux enfants qui faisaient de mauvais rêves.
 Il s'agit d'un petit cerceau fait d'une branche d'arbre
. Dans ce cerceau, est tissé un filet de la forme d'une toile d'araignée
 comportant un trou au centre.
 Pendant la nuit, les mauvais rêves resteront pris dans le filet,
 pour être brûlés par les premières lueurs du jour.
 Les beaux rêves passeront à travers le trou du centre 
pour être conservés dans les plumes installées autour du cerceau. 
Les plumes représentent l'amour, la douceur et la bonté. 
On peut aussi insérer sur le filet du capteur, 
des petits objets précieux, 
comme une petite pierre de couleur ou tout autre objet qui pour nous est précieux.
Le capteur aide l'enfant à mieux cerner ses idées 
et permet à l'adulte de vérifier les peurs de l'enfant.
 Le petit apprend ainsi à faire le tri dans les pensées 
qu'il veut garder et celles dont il veut se départir.


 *******************************
Légende huronne du capteur de rêves



 Il y a bien longtemps, lorsque le monde était encore jeune, dans un village autochtone,
 un amérindien dormait avec ses frères et ses sœurs dans la maison longue.
Un jour, l’homme partit à la chasse pour aller chercher le repas pour les prochaines lunes.
 Il partit loin, afin de trouver un orignal qui s’abreuvait de l’eau de source pure
 qui découlait de la montagne. 
Il traversa rivières et fleuves avec courage et détermination, 
sans apercevoir de chevreuils ni d’orignaux dans les environs.
 Il décida alors de partir vers la montagne même, 
croyant que le repas allait bientôt être mis au feu. 
En chemin, il aperçut une grotte immense
dans laquelle il pouvait se trouver n’importe quelle bête,
 c’est alors qu’il entra dans la sombre place en y donnant tous ses espoirs.
Dans la grotte, l’esprit de l’orignal était absent.
 Un esprit mal veillant était présent. 
L’homme ne se sentait pas bien à l’intérieur,
 il était certain que quelque chose de sombre se cachait dans ces profondeurs… 
C’est alors qu’une bête surgit des profondeurs de la grotte.
 Des yeux rouges, couleur de sang, un poil noir comme la nuit,
 un museau retroussé et des crocs prêts à mordre de la chair.
 L’homme sursauta, pris panique en laissant son arc derrière lui 
et ayant une petite lueur d’espoir de rester en vie.
De retour au village, l’homme avait les bras vides. 
Pas de nourriture ni d’armes pour chercher d’autres bêtes. 
 Il était terrorisé à l’idée de retourner à la chasse.
Le soir même, l’homme n’arrivait pas à trouver le sommeil.
 Toutes les fois qu’il s’endormait, 
il voyait encore ces deux yeux rouges couleur de sang le fixer et prêt à le dévorer.
 Le soir suivant, il essaya de bien dormir, mais sans résultat. 
Nuit après nuit, lunes après lunes, l’homme ne pouvait plus dormir. 
L’esprit de la bête aux yeux de sang le hantait.
 Plusieurs soleils passaient et rien ne changeait.
Un jour, au beau milieu de la nuit, l’homme se leva après un cauchemar.
 Il sortit du village et parti vers la forêt voisine.
 Exténué, il s’endort sur le sol rempli de branchages.
Le lendemain à l’aube, l’homme se réveilla impressionné. 
Il n’avait pas fait de cauchemar.
 Il leva les yeux et aperçut une toile d’araignée 
qui était accompagnée de la rosée du matin.
Depuis, l’homme s’endormit toujours prêt de la toile 
qui était illuminée par les rayons du soleil du matin.

(il existe beaucoup de légendes sur les capteurs de rêves...Elles diffèrent suivant les tribus qui les racontent...)

Québec sous la pluie